Nul n’est prophète chez soi !

Les 28 finalistes avec les responsables de CNN

« Bonjour ! S’il vous plaît, je voudrais parler à Ossène ! ». Et je réponds : « C’est à lui que vous parlez, madame ! ». « Ah, super ! j’ai le plaisir d’annoncer que vous faites partie des 28 finalistes retenus cette année au concours CNN MultiChoice African Journalist Awards ». C’est en ces termes qu’en juillet dernier, la dame au bout du fil depuis Londres, en Angleterre, m’a informé de mon succès à la plus importante compétition organisée par la chaîne de télévision américaine CNN pour journalistes africains. C’est la 2ème fois que j’y participais.

Une compétition « hypersélective »

L’édition 2014 de CNN MultiChoice African Journalist Awards a enregistré 1300 candidatures provenant de 38 pays africains. Après être tous passés « au tamis », 28 candidats de 10 pays ont été retenus pour la finale. Et j’étais parmi ces « élus » pour aller à la conquête d’un des 2 prix réservés aux médias francophones. « Que votre travail soit sélectionné parmi les 1300 textes est un énorme accomplissement », m’a écrit mon interlocutrice de Londres. Ce qui m’a hissé au sommet, c’est mon article ayant pour titre BONDOUKOU : L’argent de l’anacarde divise les douaniers . Papier publié en juin 2013.

À Dar Es Salaam (Tanzanie) pour l’apothéose

Du 15 au 20 octobre, j’étais (le seul au nom de la Côte d’Ivoire) à Dar Es Salaam avec les 27 autres finalistes pour la remise des prix. Il fallait récompenser les 13 meilleur(es) des meilleur(es) du continent africain. Et parmi ces 13, choisir enfin le grand vainqueur.

Nous étions 4 francophones (Côte d’Ivoire, Sénégal, Bénin et Algérie) à disputer les 2 prix à nous réservés. Mes collègues du Bénin et d’Algérie ont été les plus heureux. Le photoreporter kényan, Joseph Mathenge, a été désigné « journaliste africain de l’année 2014″ pour son reportage photos sur l’attaque terroriste du Westgate, un centre commercial de Nairobi, en 2013. L’homme a eu un sacré courage en vivant le carnage de l’intérieur du bâtiment.

Ce que CNN et MultiChoice m’ont appris

On peut naître dans un hameau perdu dans le fin fond de la forêt ou de la savane africaine et arriver, grâce au travail, à aller où ses parents n’ont jamais mis les pieds. On peut partir de rien et, grâce à l’honnêteté, se faire connaître du monde. Voilà ce que m’ont donné CNN et MultiChoice, par-delà le diplôme et l’Ipad reçus d’eux, à la fin de mon séjour en Tanzanie. Ça fait du bien !

Il fallait oser. Et j’ai osé. Pourtant l’enquête sur la corruption dans la filière anacarde, texte qui m’a inscrit au panthéon des meilleurs journalistes africains de CNN, n’a pas été simple à mener. J’ai résisté aux pressions et aux menaces à peine voilées. J’ai surtout refusé les billets de CFA proposés par les personnes au cœur de la corruption, me demandant la suppression de l’article « compromettant » du site infoduzanzan.com. J’ai résisté à la tentation de l’argent, alors que notre média régional ne bénéficie du soutien financier de qui que ce soit. Pas même de la mairie, contrairement à la rumeur entretenue. Peut-être pour se donner « bonne conscience ». Mes amis et moi, faisons du bénévolat pour informer le monde sur ce qui se passe dans le Zanzan.

Là où des collègues auraient « sauté » sur l’argent proposé, moi j’ai opposé une « fin de non recevoir ». Résultat, je suis parti en Afrique de l’Est à l’appel de l’Excellence. J’étais au milieu de ces personnalités du monde des médias. Entre autres, des responsables de la plus grande chaîne de télévision au monde, le rédacteur en chef de France télévisions, le directeur du département de la communication et des relations extérieures de la Banque africaine de développement (BAD), le directeur de la communication du groupe Ecobank.

Une expérience qui valait la peine d’être vécue sur ce chemin rocailleux du journalisme. Métier embrassé depuis seulement 4 ans. Je suis donc jeune dans le domaine. Mais « l’audace qui permet les grandes découvertes est souvent le fruit de la jeunesse », affirme Taton. Au milieu des miens, je suis si « minuscule » qu’impossible de ne pas passer inaperçu. Ailleurs, au-delà des frontières nationales, je suis bien plus visible. Après tout, « nul n’est prophète chez soi », m’a dit l’ami.

Être toujours le meilleur…

On ne revient pas d’une aventure humaine si riche en contacts et en émotions sans prendre conscience du privilège qu’on a eu. Assumer cette reconnaissance internationale, chose difficile.

Retrouvez la suite de cet article sur infoduzanzan.com.

Publié dans EDITORIAL | Marqué avec , , | Laisser un commentaire

REGION DU BOUNKANI : Le karité, de l’ « or » négligé

Gamme de produits cosmétiques Bounabio fabriqués en France

Gamme de produits cosmétiques Bounabio fabriqués en France

La nature a doté la région du Bounkani (Bouna, Doropo, Nassian et Téhini) d’une plante : le karité. La zone en regorge à profusion. Mais face à l’anacarde, peu de personnes savent que l’amande du karité vaut de l’or.

C’est de la graine de karité qu’est obtenu le beurre du même nom : le produit recherché. Dans le Bounkani, sa fabrication est l’affaire des femmes. Peu organisées, elles font tout à la main. La production est artisanale.

Dans les localités où il est fabriqué, le beurre de karité est faiblement utilisé dans l’alimentation et les soins corporels. Et peu de productrices savent que leur beurre est sollicité par les géants mondiaux du cosmétique (l’Oréal, l’Occitane,…) et de l’agroalimentaire (Nestlé, Mars,…).

Une femme de Doropo, enseignante en France, a donné au karité du Bounkani ses lettres de noblesse. Après des années de batailles économico-scientifiques, Dame Djené Daré Ouattara a lancé dans l’Hexagone sa gamme de produits cosmétiques composés à 99,99 % du beurre végétal. Environ 10 produits de différents parfums labellisés « Bounabio », ayant reçu la certification ECOCERT, sont commercialisés dans des officines (pharmacies) parisiennes. Un bel hommage que rend la…

Retrouvez la suite de cet article infoduzanzan.com.

Publié dans SANTE | Marqué avec , , | Laisser un commentaire

BONDOUKOU : Le directeur régional de la Construction au cœur d’un scandale foncier

Bori Gbégré Raphael, directeur régional de la Construction

Bori Gbégré Raphael, directeur régional de la Construction

La commune de Bondoukou, à l’instar de la ville d’Abidjan, est touchée par les arnaques et autres malversations dans la vente de terrains. Chaque jour, des personnes grugées dans l’achat de lots portent plainte, soit à la mairie, soit à la préfecture ou au Tribunal. Pour cause, les mêmes parcelles de terrains d’un même îlot sont attribuées à la fois à 2, voire 3 personnes. Situation qui alimente d’interminables disputes dans tous les quartiers.

Selon la préfecture, les règlements de litiges résultant de l’attribution de lots occupe 80% des audiences du préfet de région. Le problème n’aurait pas fait grand bruit si la personne au cœur du scandale n’était pas le premier responsable du ministère de la Construction, dans la région. Les victimes d’arnaque ont désigné le même individu : Bori Gbégré Raphael, directeur régional de la Construction et de l’urbanisme. « Il y a 6 mois, j’ai acquis un terrain au quartier « Route Abema ». Grande fut ma surprise quand une dame y a déversé du sable en vue de la construction de sa maison. Elle m’a brandi une lettre d’attribution du lot signé de la main du sieur Bori Gbégré Raphael. J’avais le même document », relève Ouattara Yacouba, furieux. Même colère chez dame Assétou Gbané. Alors que le délai de prescription de mise en valeur n’a pas expiré, la parcelle qu’elle a acquise au quartier « Lycée résidentiel », après d’énormes sacrifices, lui a été retirée. « On n’est plus à l’abri des arnaques du directeur régional de la Construction. Même en détenant une lettre d’attribution signée par le préfet », se plaint-elle. Kabran Kouman Faustin, détenteur du lot n°3511, îlot 339, lui aussi victime de Bori Gbégré. Le terrain lui a été arraché.

Les nombreuses plaintes des populations ont sapé les rapports entre le maire et le directeur régional de la Construction. Koné Hiliassou n’est pas allé du dos de la cuillère. « Qu’il aille semer le désordre ailleurs ! Je ne permettrai pas dans ma cité pareil désordre », a lâché le maire à l’endroit du sieur Gbégré.

La goutte d’eau qui a fait déborder le vase

Le morcellement de terrain et l’attribution de lots par le directeur a été la goutte d’eau qui a fait déborder le vase. Bori Gbégré Raphael ne s’est pas arrêté là. Il a procédé au prolongement de…

Retrouvez la suite avec des photos en cliquant sur infoduzanzan.com.

Publié dans ENQUETE ET DOSSIER | Marqué avec , , , , , | Laisser un commentaire

Avis de décès : La mère du Ministre Augustin Kouadio Komoé n’est plus

DECES

Son Excellence Monsieur Laurent GBAGBO et famille ;
Le Premier Ministre Pascal AFFI N’Guessan, Président du Front Populaire Ivoirien et famille à Abidjan et Bongouanou;
Le premier Ministre Marie-Gilbert AKE NGBO et famille à Abidjan ;
M.KOUABENA DONGO, frères, sœurs et famille à Kokomian, Kiendi-Walogo, San-Pédro et Abidjan,
Le Ministre Augustin KOUADIO KOMOE, Madame et enfants, à Abidjan, Etats-Unis d’Amérique, Maroc, Kokomian et Ngorato;
M. N’GUETTIA YAO KOUMAN, SENAFEZAN FPI et famille à Bondoukou et Abidjan;
Honorable YAO Soumaïla, Député de la circonscription de TANKESSE, KOKOMIAN, TIENKOIKRO ;
Sa majesté Nanan APPIA 1er à TANDA ;
Sa majesté Nanan KOUASSI Adjoumani à Amanvi ;
Sa majesté ABABIO à Adandia ;
Sa majesté DJARAKRONI II, Roi des Koulango à Bouna ;
Sa Majesté Nanan BOUA KOUASSI III, roi de l’Indenié ;
Sa majesté Nanan AHINI BILE II, roi du Djuablin ;
Leurs majestés Chefs de provinces Pinago, Agobia, Ahinifié et Foumassa ;
Sa majesté ABOYA Brahima, chef du Canton Bini à Missoumihian ;
Nanan KOUAME KREME II, chef du canton Deganso,à Dokanou, famille et alliés ;
Nanan ADOU Kouabenan dit Kassaprekon, Chef du Canton Assuadiè à Akakouabenankro
Nanan KOUASSI Hini II, chef du canton Abradiè à Yaokro
Le chef du canton Amavounan ;
Nanan KOUAME N’ZIAN Emmanuel, Chef de village de Kokomian
Nanan KOUADIO HOUSSOU Grégoire, chef de village de N’gorato, famille, frères et sœurs à Abidjan, N’gorato ;
Le Chef de village de Kiendi-Walogo ;
M. KOUADIO KOMOE Jean-Baptiste, famille, frères et sœurs à Korhogo, Abidjan, Kokomian, France et Tunisie ;
Adjt Chef MOCTAR OUATTARA à la retraite, famille, frère et sœurs, à Abidjan, Damé, Zatta, Kokomian et aux Etats-Unis ;
M. KOUADIO BOHOUMAN François et famille à Abidjan, Belgique, Ameyaokro et Kokomian ;
M. KOUAKOU Fokouo, famille, frères et sœurs à Kokomian, Tanda, Touba ;
Docteur Ama Tamia Joséphine épse Abinan, Enseignant-chercheur à l’Université Nangui-Abrogoua ;
Yah BADOU HELENE épse KOUASSI à Abidjan ;
Yao KOUMAN CHRISTOPHE et Madame à Abidjan ;
Ama KOUMAN LEA épse ABOLE, Contrôleur de gestion à la GESTOCI ;
KOBENAN YAO Vincent et Madame à Rabat au Maroc ;
KOBENAN AFFOUA Viviane à Kokomian ;
Maître KOBENAN KOUAME Joseph, Avocat au barreau d’Abidjan ;
KOBENAN AFFOUA Nina, étudiante à Abidjan ;
KOBENAN Yah Kouman ;
KOBENAN Yah Chantal à Abidjan ;
KOBENAN Kouassi Badja ;
KOBENAN Yao ;
Lieutenant-Colonel ABINA KOFFI Jean-Claude, Madame, frères et sœurs à Abidjan et Tankessé ;
Dr ABOLE ABOLE Dieu règne et Mme, famille et enfants à Abidjan et Grand Alepé
M. KOUASSI KRA Madame et enfants à Abidjan, Kokomian et Kiendi-Walogo,
M. Marcel GOSSIO, ex-Directeur Général du PAA et famille à Abidjan, Ziglo, Maroc, France, Etats-Unis d’Amérique ;
M. MIAN KOUAHO Germain et Madame, frères et sœurs à Apropronou, Abengourou et Abidjan,
Cdt ASSANDE et Madame, famille à Abidjan, Deimba et Chine ;
M. DIBI KOUAME N’GUETTIA Michel, Madame, famille, frères et sœurs à Abidjan, Dibibago et à Iguela ;
Commissaire BOUAKI Erneste et Madame, famille à Abidjan, Tanda et Lomo ;
KOUADIO APPAHOU et Madame, famille, frères et sœurs à N’gorato et Abidjan ;
M. ATTA YAO Francis, chef de la grande famille Siangui à Kokomian ;
M. KOUAME N’GUESSAN, chef de famille Deganso à Kokomian ;
YAO M’BIN Venance, chef de famille Ban à Dokanou ;
M.KOUADIO FODJO Jean-Baptiste, chef de famille Akrassi, famille frères et sœurs à N’gorato et à Abidjan ;
Nanan KOUAKOU BAN, chef de famille à Abouabo n° 2 au Ghana ;
El hadj ANZOUMANAN OUATTARA, chef de famille à Bohi s/p de Bondoukou ;
Nanan KOUAKOU BOKO, chef du village d’Akrassikro et famille ;
Nanan KOUADIO Tiré dit ISSOUFOU, chef du village de Sogoyaokro ;
Mme YAH KRA, famille et enfants à Sogoyaokro, kokomian et Abidjan ;
M. KOUAME DJORE FIDEL et famille à Dokanou, Kokomian et à Abidjan ;
Les membres de la Mutuelle de développement de Kokomian (MUDEKO) ;
Le président et les membres d’ADJOMA ;
Ont la profonde douleur de vous annoncer le décès de leur mère, épouse, fille, sœur, tante, grande mère et belle-mère : …

Retrouvez la suite de cet article en cliquant sur infoduzanzan.com.

Publié dans NECROLOGIE | Marqué avec , , , | Laisser un commentaire

Hien Tontoli ou l’ascension « fulgurante » d’un jeune du Bounkani

Hien Tontoli Ange-Patrick, chargé de mission de la ministre Kaba Nialé

Hien Tontoli Ange-Patrick, chargé de mission de la ministre Kaba Nialé

Taciturne. A la limite, réservé. Mais Hien Tontoli Ange-Patrick n’est pas introverti. Son nouveau « costume » de chargé de mission de la ministre déléguée à l’Economie et aux finances n’a rien changé aux habitudes de l’ancien président de l’Association des élèves et étudiants ressortissants du département de Bouna (NOBIEL). Approchez-le, et vous verrez un homme ouvert ! Son visage exprime la jeunesse. Quoi de plus normal ! Il a 30 ans. A cet âge, pas nombreux les jeunes à qui des ministres font confiance au point d’en faire des hommes de main.

Madame Kaba fait confiance à Hien Tontoli. C’est un honneur fait par la ministre à la jeunesse du District du Zanzan en général, et à la région du Bounkani en particulier.

Tontoli n’est pas un parachuté. Il a attendu son « heure » après avoir fait du chemin.

Son parcours scolaire

Né à Bouna, c’est au collège KJ d’Abengourou que Hien Tontoli Ange-Patrick obtient, en 2005, le baccalauréat série D. Avec la mention Assez-bien, il entre à l’Institut national polytechnique-Houphouët-Boigny (INP-HB) de Yamoussoukro, en classe préparatoire commerciale. Il y passe 2 ans (2005-2007). Il s’inscrit ensuite, en 2008, en 3ème année du cycle ingénieur de marketing et management à l’Ecole supérieure des technologies avancées et de management (ESTAM), à Abidjan. En 2010, Hien Tontoli obtient le diplôme d’ingénieur des techniques commerciales.

Une somme d’expériences professionnelles

Depuis février 2014, le trentenaire est le chargé de mission de Kaba Nialé, ministre déléguée à l’Economie et aux finances. Avant cette nouvelle fonction, le célibataire (sans enfants) a « bossé » dans différentes structures. …

Voir la suite de cet article en cliquant sur infoduzanzan.com.

Publié dans PORTRAIT | Marqué avec , , | Laisser un commentaire

BOUNA : Un lycée agricole verra le jour

La BID annonce la construction d’un lycée agricole à Bouna

La BID annonce la construction d’un lycée agricole à Bouna

Une mission de la Banque islamique de développement (BID) s’est rendue dans la capitale de la région du Bounkani, samedi dernier. Le but, préparer le projet de construction et d’équipement d’un lycée. Dans cet établissement, on formera aux métiers de l’agriculture et des ressources animales et halieutiques. Coût estimatif des travaux, 20 millions de dollars (10 milliards de francs). « Nous sommes venus rencontrer les autorités administratives et politiques pour discuter de la faisabilité de ce projet et aussi visité le site réservé à la construction du lycée », a dit Zoumana Koné, consultant à la BID et chef de la mission. Il a indiqué que la banque internationale a accepté de financer la construction de cette école à Bouna. Répondant donc favorablement à la requête du gouvernement.

Une nouvelle qui réjouit les autorités administratives de la région. A leur tête, le préfet. Tuo Fozié s’est félicité du choix porté sur sa ville pour accueillir ce lycée. Il a rassuré l’émissaire de la BID de son soutien pour que le projet prenne forme. Idem pour Kangouté Aboubakary, représentant le président du Conseil régional. Il espère que la construction de l’établissement agricole permettra aux jeunes d’avoir les qualifications nécessaires pour révolutionner l’agriculture et l’élevage dans la zone.

Ange Kouman

Publié dans EDUCATION | Marqué avec , , | Laisser un commentaire

BONDOUKOU : Un élève poignardé à mort par son frère

Les plaies ouvertes sur le corps de l’élève témoignent de la violence des coups reçus

Les plaies ouvertes sur le corps de l’élève témoignent de la violence des coups reçus

L’élève Konaté Siriki, 22 ans, en classe de Terminale A au lycée moderne 1, a été tué à coups de poignard par un malade mental, dans la matinée de mercredi, au quartier Camp militaire.

Le lycéen s’apprêtait à se rendre aux cours lorsque son demi-frère Konaté Bakary, un déséquilibré mental vivant avec lui dans la même concession familiale, lui a asséné plusieurs coups de couteau à différents endroits du corps, et voulu arracher son appareil génital. Le jeune homme s’écroule et succombe à ses blessures, quelques instants après.

Le malade mental jette ensuite son dévolu sur sa mère. Il lui arrache son téléphone pour l’empêcher d’appeler la police. Puis, sous la menace d’une arme blanche, la conduit dans une broussaille. La femme sera retenue en otage durant des heures.

La police est saisie aux environs de 15 h. …

Retrouvez la suite de cet article en cliquant sur infoduzanzan.com.

Publié dans FAITS DIVERS | Marqué avec , , , | Un commentaire