L’obsession des fesses surdimensionnées : Attention mesdames, danger !

Crème et sirop Bobaraba, Lion, … Des produits aux supposées vertus d’augmenter les cellules adipeuses (la graisse) au niveau fessier. Ils sont vendus aux abords des rues. De Bondoukou à Abidjan, d’Aboisso à Man. On en trouve dans chaque ville ivoirienne.  En pleine enquête sur ces produits, nous avons découvert dans le magazine Jeune Afrique, par hasard, un article sur le même sujet. Nous soumettons à votre lecture ce texte légèrement modifié.

Fesses volumineuses, l’obsession de certaines africaines

« Est beau tout ce qui plaît universellement sans concept », dixit le philosophe Kant. Mais demandez à une européenne si être stéatopyge (grosses fesses) est canon de beauté. En Occident, le culte de la minceur, les fesses plates comme critère esthétique. Sous les Tropiques, c’est la forme généreuse, la bonne chair. Voulez-vous avoir un postérieur proéminent comme celui de la Vénus Hottentote ?

« Bienvenu dans l’Institut Botcho ! Vous voulez notre crème pour faire grossir les fesses ? ». Formule par laquelle Aria accueille ses clientes sur sa page Facebook. Elle dit habiter Abidjan et déroule une présentation bien rodée des ses produits miracles : suppositoires d’huile de foie de morue, crème Bobaraba ou crème verte… Tous feraient grossir le postérieur des dames en quelques semaines, et tous leur promettent un formidable « botcho » (fesses volumineuses). Canon de beauté en Afrique. Les formes rebondies sont prisées au Sud du Sahara.

C’est au début des années 2000 que les femmes ont commencé à avaler toutes sortes de substances pour faire gonfler rapidement leurs fesses, leurs seins ou leurs hanches. Certaines vont jusqu’à s’injecter des doses de Deca-Durabolin, produit très apprécié des culturistes. Dr Léonce Zoungrana, gastroentérologue et nutritionniste, explique que c’est « un stéroïde anabolisant qui favorise le gain de poids. Bien sûr, cela va favoriser le développement des muscles fessiers, combiné à une rétention d’eau dans les tissus. Mais les effets secondaires sont nombreux : hypertension, maux de tête, saignement de nez, acné… ». Comme beaucoup de ses confères, il regrette le silence des pouvoirs publics et l’absence de campagne d’information.

Vendeuse étalant joyeusement ses médicaments « Bobaraba »

Les vendeurs, eux, s’improvisent pharmaciens. « Je te conseille de choisir entre crème et suppositoires. Tu ne peux pas utiliser les 2 en même temps », explique Aria. En véritable « experte », elle affirme qu’ « après l’application de la crème, il faut frotter avec l’huile ». Les fesses deviendraient ensuite « bombées et bien molles ». Elle-même dit avoir utilisé ces produits et gagné 3 tailles de pantalon. Mais pour la composition des crèmes, il faudra repasser. Pas de notice ni de posologie. Mais une simple étiquette qui signale la présence de beurre de karité, de salive d’escargot, de racines de fromager, et de plantes du Brésil.

Le cube Maggi

Et puis il y a le fameux bouillon cube Maggi. Ingrédient quasi-incontournable de la gastronomie africaine. Sur lequel nombre de femmes croient pouvoir compter pour grossir. Introduit par voie anale, il permettrait une accumulation de graisse au…

Retrouvez l’intégralité de cet article sur infoduzanzan.com.

About these ads
Ce contenu a été publié dans SOCIETE, avec comme mot(s)-clef(s) , , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

2 réponses à L’obsession des fesses surdimensionnées : Attention mesdames, danger !

  1. salut cher amis .Combien cc deca-durabolin je peux prendre pour chaque fesse.merci

  2. GNAMI CHIRAO CRAD dit :

    Les dangers sur les pratiques de surdimensionner ses fesses sont réels. J’ai lu cet article suivant. Il montre que le contribution de M. OSSENE Ouattara est précieuses.

    Apryl Michelle Brown a toujours été taquinée par sa famille et ses amis à cause de ses fesses plates. Elle était vraiment complexée! Elle en était sûre : une fois qu’elle aurait mis suffisamment d’argent de côté, elle s’offrirait des fesses à la J.Lo ou à la Janet Jackson grâce aux injections de silicone afin d’augmenter le volume des fesses. L’esthéticienne de 46 ans raconte : « Je voulais juste des fesses plus grosses, plus larges ».
    Comme vous le voyez, ses injections lui ont coûté ses bras et ses jambes. Elle a faillit perdre la vie.
    En 2004, Apryl rencontre une personne (sans aucune autorisation médicale d’exercer) qui se propose de lui injecter du silicone à moindre coût! Elle saute sur l’occasion! Elle ne se souvient pas exactement combien elle a payé mais c’était un prix compris entre 500 et 1000 dollars.
    Peu de temps après, la zone d’injection noircit et commence à l’irriter, c’était douloureux. Apryl ne s’inquiète pas pour autant!
    En 2006, le silicone a durci, causant de graves douleurs et une infection. Apryl risque de mourir, une seule solution : il faut amputer ses jambes et ses bras!
    Il lui a fallu du temps pour accepter son destin et s’adapter à sa nouvelle vie avec les prothèses!
    « Si je suis encore en vie, c’est pour un but : je dois empêcher que d’autres femmes fassent le même choix que moi! »
    Depuis 2002, une douzaine de décès sont liés à des injections illégales aux Etats-Unis. Huit personnes ont été condamnés parce qu’ils pratiquaient la médecine sans autorisation.
    Soyez vigilante, Mesdames! Perdre ses jambes et ses bras pour avoir de plus grosses fesses…C’est horrible!
    source : angazamag.com
    GNAMI CHIRAO CRAD

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s