PRESIDENTIELLES 2015 : Des jeunes derrière Essy Amara, ancien maire de Kouassi-Datékro

Les membres du CUEA soutiennent la candidature du ministre Essy Amara

Les membres du CUEA soutiennent la candidature du ministre Essy Amara

Rencontrant la presse, samedi 14 février à Abidjan, des jeunes ont affirmé leur soutien à Essy Amara, candidat à l’élection présidentielle d’octobre prochain.

Réunis au sein d’une structure appelée Cercle Unir Essy Amara (CUEA), ces jeunes ont donné les raisons de leur soutien à la candidature de l’ancien ministre des Affaires étrangères. « Essy Amara est la réponse à la soif de réconciliation et de prospérité exprimée par les Ivoiriens », a affirmé Kanon Kipré Guillaume. Selon le président du CUEA, le parcours de l’ancien maire de Kouassi-Datékro fait de ce dernier l’homme providentiel pour « ressouder » les morceaux du tissu social national déchiré. « Eminent diplomate, il connaît la Côte d’Ivoire et ses réalités profondes. Essy Amara connaît les méthodes de négociation. Il est le seul à pouvoir sortir le pays de la léthargie dans lequel il est plongé actuellement. Il est l’homme qui peut rassembler les Ivoiriens », a martelé Kanon Kipré. Il a présenté le premier président de la Commission de l’Union africaine comme une « vierge ». (…)

Retrouvez la suite de cet article sur infoduzanzan.com.

Publié dans POLITIQUE | Marqué avec , , , | Laisser un commentaire

BONDOUKOU : Les réalités insoutenables de l’exploitation minière

En Afrique, les sociétés extractives ont souvent maille à partir avec les populations vivant à proximité des sites d’exploitation minière. Expropriation de terres, destruction des cultures, dédommagements fantaisistes – voire absence d’indemnisation –, nuisances sonores, mécontentement… rythment la vie dans ces zones. La région manganésifère du Nord-Est de Côte d’Ivoire (le Zanzan) ne fait pas exception de ces crises. Depuis 8 ans, les habitants demandent réparation des torts causés par un géant minier : l’indien Taurian. Pour en savoir sur les raisons du désamour entre la multinationale et les riverains, nous avons enquêté pendant 3 ans. Nos découvertes sont à peine croyables. Et pourtant…

Des femmes dans la mine de manganèse de Bondoukou (crédit ph: Ossène)

Des femmes dans la mine de manganèse de Bondoukou (crédit ph: Ossène)

L’arrivée de Taurian à Bondoukou

Munie des Décrets PR N°202 de Bondoukou/Sorobango et PR N°200 de Bondoukou/Tagadi lui accordant 2 permis de recherche de manganèse signés le 23 août 2006 par l’ex-président, Laurent Gbagbo, la compagnie minière pose la même année ses engins à Boromba, une petite bourgade près de Bondoukou. Les Décrets présidentiels précisent les limites du périmètre d’exploration : 1 000 km². Cette phase de recherche devait durer 3 ans.

La société bénéficiaire s’engage au cours de cette période, à effectuer des dépenses d’un montant minimum de 210 millions de francs CFA pour chaque zone. Soit un total de 420 millions de francs CFA en travaux de prospection, de recherches et de développement des gisements reconnus à l’intérieur des périmètres couverts par les permis de recherches.

En quelques semaines, Taurian a extrait d’énormes quantités de minerai. Le directeur régional des Mines, Séa Honoré, a estimé à 50 000 tonnes les quantités sorties du sous-sol et transportées au Port d’Abidjan, dans le Sud, à 420 km. Enormes pour une simple exploration. Et si l’entreprise exploitait subtilement le manganèse ?

Le ministre des Mines soupçonné de complicité

Faute d’information sur ce qui est advenu des quantités de minerai extraites, les populations ont pointé un doigt accusateur sur Léon Emmanuel Monnet, ministre des Mines. Soupçonné d’avoir pris un Arrêté ministériel pour autoriser Taurian à exploiter le manganèse. En violation du code minier, qui stipule que seul un Décret présidentiel peut autoriser la prospection et l’exploitation minière.

Le silence de l’administration publique locale a entretenu un climat de suspicion. Le 25 juin 2008, le Mouvement des jeunes pour la renaissance de Bondoukou (MOREB), une organisation née un mois plus tôt, adresse une lettre aux dirigeants de Taurian. Le contenu laisse deviner des lendemains incertains : « Depuis des mois, votre société exploite des gisements de manganèse dans le département de Bondoukou (…). Nous nous insurgeons contre le fait que cette exploitation n’a pas déterminé des retombées auxquelles le département et ses populations sont en droit d’attendre. A travers un courrier, nous avons attiré l’attention du président du Conseil général, autorité compétente, sur les enjeux d’une telle activité. Malheureusement, notre lettre est restée sans suite. Nous vous informons que nous, jeunes de Bondoukou, regroupés au sein du MOREB, avons décidé de mener des actions en vue de faire respecter nos droits et intérêts ».

Une série de manifestations violentes

Le lendemain 26 juin, des violences éclatent. Les nuisances occasionnées par le passage des engins – notamment la poussière – mêlées au mécontentement général, ont fini par excéder. Les jeunes arrêtent 2 camions de l’entreprise minière à la sortie de la ville de Bondoukou. Les populations ne décolèrent pas.

Pour faire baisser la tension, le préfet de Bondoukou initie une rencontre avec toutes les parties, le 28 juin. Taurian affirme avoir pris bonne note des revendications. Notamment, pour ce qui est de la réalisation de projets socio-économiques à Bondoukou. Plus rien ne s’oppose à la reprise de ses activités. Mais le calme ne durera qu’un mois.

Dans la matinée du 6 août 2008, nouvelle crise. Des manifestants se réclamant du MOREB s’attaquent aux camions de l’entreprise minière. Les dommages causés se chiffrent à 6 millions de francs. Au cours d’une réunion tenue dans la soirée, le préfet rassure les opérateurs économiques indiens : « la situation est sous contrôle ». Erreur. Les jeunes gens récidivent, le 12 août. Deux bennes sont entièrement détruites. Les pertes estimées à environ 150 millions de francs.

Le même jour, 5 membres du MOREB sont arrêtés puis écroués. Ces arrestations ont paralysé toute l’activité économique de Bondoukou. Taurian, obligé d’interrompre ses travaux, du 12 au 24 août. La compagnie minière a chiffré le préjudice à 100 millions de francs.

Après avoir passé 16 jours en cellule, les manifestants sont jugés puis condamnés à une peine d’emprisonnement d’un an avec sursis.

Dans cette ambiance malsaine, le ministre des Mines arrive à Bondoukou le 12 novembre 2008. Léon Emmanuel Monnet atteste de la légalité des activités de multinationale indienne dans la région. L’extraction du manganèse, désormais étendue aux localités de Similimi, Pougouvagne, Séréoudé et Boedem. La zone de la Tatawa (une ceinture de montagnes), aussi concernée. On est bien au-delà du périmètre et des limites de 1 000 km² définis pour l’exploration par les Décrets présidentiels.

Autre zone d’ombre, le résultat des analyses d’échantillons pour déterminer la présence de manganèse dans le sous-sol. Quatre années ont passé. Et pas de conclusion tirée des quantités de minerais parties à Abidjan. Personne n’infirme ni confirme que le sous-sol de la région de Bondoukou regorge des pierres précieuses. Mais les engins continuent de décaper en profondeur le sol.

Les habitants, constitués à 99,99% de paysans, dénoncent la destruction de leurs terres et des cultures sans que des compensations ne leur soient versées. Les villageois crient famine et pauvreté. L’activité de Taurian sera rythmée par des perturbations jusqu’en 2010.

L’arrivée du ministre Augustin Kouadio Komoé

Le 23 février 2010, Augustin Kouadio Komoé, natif de la région, remplace Léon Emmanuel Monnet à la tête des Mines. Soit 4 ans après le début des travaux de l’entreprise à Bondoukou. Les populations locales ont cru que la nomination d’un des leurs résoudrait définitivement les problèmes causés par l’exploitation du manganèse. Face aux menaces persistantes contre les installations de Taurian sur les sites, le nouveau ministre fait suspendre les activités d’extraction. Le temps de mieux s’imprégner du dossier.

Au même moment, d’autres régions minières sont en ébullition. Dans le Sud, le Centre-Ouest et le Nord. Précisément à Lauzoua (Guitry), Angovia (Bouaflé) et Tongon (Korhogo). Situation ayant amené le Conseil national de l’initiative pour la transparence dans les industries extractives (CNITIE) a organisé, du 29 au 31 juillet 2010, à Grand-Bassam (cité balnéaire), un atelier de réflexions sur l’impact des activités extractives sur les populations situées à proximité des zones d’exploitation.

Des recommandations ont été faites aux sociétés. Les plus importantes : exécution de projets de développement communautaire (construction d’écoles, centres de santé,…), dédommagement des populations lésées par les activités (déplacement forcé, perte de surfaces agricoles). L’indemnisation prend en compte l’impact environnemental. La constante reste l’embauche des habitants vivant aux abords des périmètres d’extraction.

Laurent Gbagbo à Bondoukou

En septembre 2010. Le chef de l’Etat, Laurent Gbagbo, se rend à Bondoukou. S’exprimant sur le manganèse, le président déclare : « Avant de venir ici, votre fils, le ministre Augustin Kouadio Komoé m’a fait signer le décret de l’exploitation du manganèse à Bondoukou. Jusqu’à présent, l’autorisation d’exploitation n’était pas donnée. C’était plutôt l’exploration qui était permise. Aujourd’hui, il y a l’autorisation d’exploiter ». Le Décret présidentiel autorisant Taurian à exploiter le manganèse est signé le 23 septembre 2010.

La prospection minière aura donc duré 4 années au lieu des 3, conformément aux Décrets signés par le président, en 2006. L’entreprise a aussi étendu ses recherches au-delà de Tagadi et Sorobango, les limites du périmètre de 1000 km². Mais aucun rappel à l’ordre ne lui sera fait. Situation très tôt dénoncée par Babacauh Koffi Dongo, cadre de Bondoukou et président de la Coordination des collectifs et mouvements de défense des intérêts de la région. C’est ce professeur d’agronomie qui a révélé « l’anomalie » : 923,3 km² de plus, voilà ce qu’a réussi à avoir la société. Les réserves de minerais de manganèse découvertes dans la région étant estimées à 6,7 millions de tonnes.

Pour les responsables de Taurian, l’extension autorisée par le ministre Léon Emmanuel Monnet n’est que l’octroi d’une autre parcelle. Violation de la loi qui n’autorise pas plus de 1000 km² pour une simple recherche, rétorque l’ingénieur agronome. Si ce dernier ne s’insurge pas « contre » les travaux d’exploration, il dénonce l’extension illégale du périmètre de recherche. Quitte à être désigné comme l’instigateur des manifestations contre l’entreprise minière.

Une catastrophe sociale

« Ils ont exploité l’ignorance de nos parents », déplore Dongo Babacauh. L’extension illégale de la mine, une catastrophe au niveau social. Pour cause : elle a provoqué la destruction des terres des paysans et tari leurs sources de revenus. Les vergers d’anacarde, principal produit de rente, ont été rasés.

L’eau de surface, devenue impropre à la consommation. Avec l’activité de la mine, elle est boueuse. « Beaucoup de personnes affirment que le lavage du minerai provoque des dégâts à leurs cultures et à la végétation. Sur le bureau du préfet, les dossiers de nombreux plaignants », révélait Zoué Sepan. L’ancien sous-préfet de Bondoukou exprimait ainsi les griefs des maraîchers et des riziculteurs situés aux abords du barrage de Kpoda. En effet, Taurian se sert de l’eau cette retenue pour débarrasser le minerai des impuretés. En coulant, les rejets chargés de particules ferreuses s’attaquent aux plants en les corrodant. De nombreux poissons sont morts de la pollution. Au grand dam des pêcheurs, privés d’activité.

En outre, les riverains dénoncent les bruits assourdissants d’explosifs. L’entreprise utilise de la dynamite pour pulvériser les roches d’où est extrait le minerai de manganèse. Longue, la liste des problèmes.

Le cas particulier de Similimi

« C’est difficile à accepter, mais nous sommes obligés de partir d’ici », confient amèrement les habitants de Similimi. La situation de cette petite localité rend mieux compte du degré de pauvreté des habitants des villages concernés par les activités minières dans la région de Bondoukou. Similimi est sinistré du fait de sa proximité avec la mine. Les machines de Taurian sont à ses portes. Le quotidien rime avec bruits. Mais aucun plan de délocalisation et de relocalisation des habitants décidé par le gouvernement. On continue d’avaler la poussière et de s’exposer aux émanations de gaz nuisibles à la santé.

L’Organisation mondiale de la santé (OMS) recommande une limite d’exposition à visée sanitaire de 0,3 mg de particules respirables de manganèse par mètre cube d’air. L’exposition prolongée au minerai entraîne des lésions du système nerveux central et des poumons. Mais 2D Consulting minimise les risques. Pour ce cabinet d’expertise en développement durable, aucune d’inquiétude. « Tout le procédé d’exploitation ne bénéficie d’aucun ajout de produits chimiques », rassure  Soungalo Coulibaly, le chargé du suivi interne des questions environnementales, de l’hygiène et de la sécurité liées à l’exploitation du manganèse de Bondoukou. Ce n’est pas ce que pense Victor Atta, président de l’ONG Vert Universel. « L’extraction minière dans le Zanzan n’est pas suivie d’une étude sérieuse sur l’impact environnemental », révèle-t-il. Et d’appeler l’Agence nationale de développement de l’environnement (ANDE) pour « une évaluation afin de donner de nouvelles directives ».

A Similimi, pas d’infrastructures sociales de base comme recommandé par le séminaire de Grand-Bassam. C’est une cabane qui fait office d’école. Les élèves sont régulièrement perturbés par le passage des camions de la société.

La rivière Coloï qui fournit de l’eau au village est polluée. Les habitants, contraints de boire le liquide souillé, faute de pompe hydraulique.

La situation du village a amené le jeune Kra Michel, président de la Mutuelle locale de développement, à adresser plusieurs courriers au ministre des Mines. Objet, exprimer la nécessité de relocaliser les populations. « Aucune réponse », affirme-t-il, désolé. Mais Similimi, situé sur des hauteurs d’environ 700 m, est « assis » sur des gisements de manganèse que Taurian n’épargnera pour rien au monde. Gisements parmi les plus prometteurs de la région, et estimés à 2 millions de tonnes. La teneur en manganèse pur, comprise entre 40 et 42% minimum. Un maximum de 51%, selon l’entreprise.

Des indemnisations ridicules       

Après des semaines d’arrêt sur ordre du ministre Augustin Kouadio Komoé, Taurian reprend l’exploitation du manganèse. Mais les divergences, pas pour autant aplanies avec les populations riveraines. Pour contenter ces dernières, l’entreprise procède à leur indemnisation. Sont concernés, les paysans dont les terres ont été occupées et les champs détruits.

Sur les critères d’évaluation des préjudices et le montant affecté à chaque type de culture détruite, rien de clair. A titre d’exemple, des villageois se sont vu remettre 33 250 francs CFA pour une superficie de 3500 m². 80 000 francs CFA pour 1600 m². 200 000 francs CFA pour 0,4 ha… Des dédommagements à l’envers.

Analphabètes, les paysans ont établi puis signé des attestations de paiement sans savoir ce que cela impliquait pour eux. La multinationale indienne s’est donc prémunie contre d’éventuelles poursuites judiciaires. « …Après avoir reçu cette somme, je m’engage à ne mener aucune action contre ladite société. En foi de quoi, je délivre la présente attestation pour servir et valoir ce que de droit », lit-on au bas des attestations. Documents sur lesquels ne figurent ni la signature d’une autorité du ministère des Mines ni celle d’un responsable de l’Agriculture. Taurian a traité directement avec des personnes ignorant tout de leurs droits.

Le professeur Babacauh résume la situation : « les indemnisations proposées en l’absence des pouvoirs publics sont ridicules ». En fait, l’entreprise s’est adossée sur le code de l’agriculture pour calculer les montants. Cette loi, beaucoup moins avantageuse pour les paysans, tient seulement compte des arbres détruits sur un terrain. Avec le code minier, l’accent est mis sur la destruction durable des sols pour la détermination des barèmes de dédommagement.

Respect de la loi ou non, des paysans n’ont été « dédommagés » que partiellement et attendent le reliquat de l’argent qui leur est promis. Cas de dame Ouattara Mariam vivant à Séréoudé. Ses collègues Kobenan Koffi Etienne et Kobenan Kra affirment n’avoir rien reçu de la société minière.

Dans ce flou rendu possible par une administration publique opaque, l’entreprise extractive change de nom et de siège.

Taurian devient « Dharni Sampda »

La société indienne a changé de dénomination 3 fois.  En mai 2006, date de sa présence officielle en Côte d’Ivoire, elle a été enregistrée sous le nom Taurian-Côte d’Ivoire. Un an après (octobre 2007), elle devient Taurian Manganese & Ferro Alloy CI SA. Depuis octobre 2010, Taurian s’appelle Dharni Sampda (en sanskrit, signifie « richesses de la terre »). A la même date, la société quitte son siège logé à l’immeuble Helena, à Marcory-Zone 4 Biétry. Elle emménage dans un immeuble du Boulevard lagunaire, au Plateau (quartier d’affaires, à Abidjan).

Naissance de « Bondoukou Manganèse SA »

En février 2011, naît l’entreprise Bondoukou Manganèse SA. L’Etat y est actionnaire à hauteur de 10% et entre, du coup, dans le capital social de Dharni Sampda. En effet, Bondoukou Manganèse a pour centre de décision le 4ème étage de l’immeuble Iroko, siège de la multinationale indienne, à Abidjan. Les 2 entreprises ont la même adresse postale. Idem au niveau des administrateurs : Sachin Bajla (président du conseil d’administration) et Ansu Bajla (directeur général). Taurian, Dharni Sampda et Bondoukou Manganèse : 3 noms de la même société. Qui n’est pas sans créer la confusion.

Des espoirs déçus

Ils ont été nombreux, ceux ayant cru que la nomination d’un des leurs à la tête des Mines réglerait le problème de l’extraction dans le Nord-Est. Désenchantement ! Le ministre Augustin Kouadio Komoé n’a pas apporté le changement espéré sur le terrain, à Bondoukou. Pas plus que les mutations d’appellations et de siège de Taurian n’ont fait bouger les choses.

Pourtant, en régularisant la situation de Randgold Resources pour l’extraction de l’or à Tongon, Augustin Komoé a exigé et obtenu de la société l’indemnisation des paysans. En outre, en dehors des 10% de bénéfices à verser à l’Etat ivoirien, Randgold doit contribuer à l’extension du réseau électrique depuis Korhogo. Soit 10 milliards de francs de dépenses à faire. Et ce n’est pas tout : l’approvisionnement en eau toute l’année à cause de la construction d’un barrage est inscrit au nombre des projets à réaliser. A noter encore l’obligation faite à la société d’avoir une forte proportion d’Ivoiriens (80%) parmi son personnel. Certains de ces projets avaient déjà été réalisés par Randgold.

A Bondoukou, chez le ministre, Taurian dort tranquille. L’entreprise a le soutien du premier responsable des Mines du pays. Donc aucune inquiétude pour la suite de ses activités ! Et pas les mouvements de colère de paysans démunis qui troublera son sommeil. La multinationale semble en effet bénéficier d’un traitement de faveur. On est moins exigeant avec elle pour le respect du cahier des charges. Dharni Sampda est épargné par les contraintes imposées à Randgold Resources. Du « 1 poids 2 mesures » : mêmes sociétés extractives, des règles applicables différentes.

En avril 2011, Augustin Kouadio Komoé est emporté dans la chute de Laurent Gbagbo. Alassane Ouattara arrive au pouvoir et confie le portefeuille des Mines à Adama Toungara. Mais le nouveau ministre passe le temps à célébrer au champagne sa nomination que de répondre aux cris de détresse des habitants de la zone manganésifère du Nord-Est. Fatigués d’attendre, ces derniers ont décidé de se faire entendre bruyamment. Ventre qui a faim n’a point d’oreille.

Jeudi 3 janvier 2013. Sur le site minier de Bonem, 11 employés de Dharni Sampda – tous de nationalité indienne – sont séquestrés par des villageois. Puis brutalisés. On enregistre 3 blessés. Le ministre Toungara réagit. Le samedi 12 janvier, il réunit à son Cabinet d’Abidjan les forces vives de la région de Bondoukou. Autorités préfectorales, élus locaux, cadres, chefs coutumiers, guides religieux, jeunes, se sont retrouvés au 20ème étage de l’immeuble SCIAM, dans le quartier d’affaires. Objectif, échanger en vue de « trouver des solutions durables » aux problèmes de l’exploitation du manganèse. A la table, aucun représentant de la compagnie minière.

Au cours de la rencontre, le ministre s’en est pris vertement aux jeunes du MOREB. « Le MOREB, c’est quoi ? Ça vous a amenés où depuis 2008 ? », s’est interrogé avec sarcasme Adama Toungara. Et d’ajouter : « vous orientez votre énergie dans la mauvaise direction. La chose à faire, c’est de laisser l’administration gérer cette affaire d’indemnisation ». Dharni Sampda est pourtant en activité dans la région depuis 2006.

Autre surprise : le ministre Toungara s’est fait l’avocat de la société indienne. « Dans son contrat avec l’Etat de Côte d’Ivoire, Taurian a l’obligation de payer ses impôts. Il n’est pas écrit qu’elle doit réaliser tel kilomètre de route », a-t-il affirmé. Le patron des Mines a cependant semé la confusion en soulignant « la responsabilité sociétale » de l’entreprise par « la mise en place d’un Comité de suivi de développement communautaire (CSDC). Ce comité réfléchira, puis fera des propositions pour permettre à Taurian de dire ce qu’elle peut faire à l’endroit des populations riveraines ». Le professeur Babacauh, lui aussi tancé par monsieur Toungara.

La délégation venue de Bondoukou est repartie, désillusionnée. Déception légitime car 7 mois après, le CSDC annoncé n’a pas vu le jour. Les choses resteront en l’état jusqu’au jeudi 25 juillet 2013. Date à laquelle Adama Toungara perd le département des Mines. A la tête du ministère durant 2 ans, pas une seule fois le super ministre ne s’est rendu dans la zone manganésifère pour s’imprégner des réalités. En dépit des « cris d’orfraie ».

Regain d’espoir avec Jean-Claude Brou

Suite à un remaniement technique du gouvernement, Jean-Claude Brou cumule sa fonction de ministre de l’Industrie avec celle des Mines. Dans le Nord-Est, les villageois renouent avec les manifestations. Comme pour souhaiter la « bienvenue » au nouveau responsable. Du lundi 7 au vendredi 11 octobre 2013, des actions violentes sont organisées contre Dharni Sampda. L’entreprise suspend ses activités d’extraction, à son corps défendant. Toutes les voies d’accès à ses sites étant bloquées par les paysans.

Le jeudi 17 octobre, Jean-Claude Brou se rend à Bondoukou. Il visite le site minier situé à moins de 100 m de Similimi. Dans ce village, les réalités sociales sont touchées du doigt : dénuement et extrême pauvreté. A Kouassi-N’Dawa (autre localité), devant les chefs coutumiers, le ministre adresse un message apaisant : « Le président de la République tient à ce que tout se passe bien dans l’intérêt des populations. Il nous a mandaté pour s’occuper de cette question afin qu’elle soit réglée. J’ai voulu constater et parler avec la population pour avoir des éléments d’informations afin de préparer les solutions ». Et comme solution à très court terme, Jean-Claude Brou annonce pour le 8 novembre 2013 l’installation du CSDC, « qui sera chargé de suivre les travaux et veiller aux intérêts de chacun ». Le ministre en a donné l’ossature. « Dans ce Comité, il y aura des élus et les communautés concernées. Il s’agira de permettre à l’entreprise de se développer, mais aussi de permettre aux populations de bénéficier d’actions de développement ». Terminant, il a demandé aux populations de rester calme. Message accueilli avec des ovations.

Le Comité de suivi et de développement communautaire est finalement installé, le samedi 30 novembre, par le ministre en personne. Promesse tenue. Mais la structure reste une coquille vide. Plusieurs mois après sa naissance, elle n’a jamais fonctionné. Le désespoir commence à gagner les paysans.

Mardi 13 mai 2014. Le CSDC tient sa première réunion présidée par le préfet de région. Ce dernier annonce la bonne nouvelle : 0,5% du chiffre d’affaires de Bondoukou Manganèse ira au Comité. L’argent servira à réaliser des projets socio-économiques dans les 14 villages touchés par l’extraction minière.

Au sortir de la rencontre, les visages sont joyeux. « Notre lutte a fini par payer. Nous sommes satisfaits de ce qui est prévu », a indiqué Kouamé N’Guettia, ingénieur agronome à la retraite. Même satisfaction chez Kra Michel, membre du CSDC. « Ce Comité est un espoir pour les populations que nous représentons. Aujourd’hui, le comité entre en activité. Je dis merci au gouvernement et au préfet ». La suite démontrera qu’ils ont eu tort de s’être réjouis trop vite. Au moment où nous mettons sous presse cette enquête, pas un seul centime versé dans la caisse du CSDC. Aucune infrastructure sociale de base construite par Dharni Sampda dans aucun des 14 villages concernés par l’exploitation minière. Au cours de nos investigations, nous avons découvert que le Comité a été créé pour juste calmer les riverains.

Cette ruse du ministre Jean-Claude Brou s’inscrit dans la stratégie mensongère des dirigeants de la compagnie indienne pour obtenir le renouvellement du permis d’exploitation. Rencontrant le président de la République, jeudi 12 septembre 2013, Sachir et Ansu Bajla avaient promis à Alassane Ouattara de respecter les engagements vis-à-vis  des populations vivant dans les zones où exerce leur entreprise. « Nous sommes venus remercier le président Ouattara pour l’octroi d’un permis d’exploitation à notre groupe dans les régions d’Odienné et Bondoukou », avait indiqué Sachir Bajla, le président de Dharni Sampda. Avant de souligner : « nous avons également parlé de notre engagement à investir dans ces 2 régions pour l’amélioration des conditions de vie des populations. Notamment dans les infrastructures routières, l’éducation et l’eau potable ». Déclaration de « générosité », toujours à l’état verbal. Et pas sûr que le président Ouattara est informé, 2 ans après l’audience, que les frères Bajla n’ont pas « amélioré les conditions de vie des populations ». En tout cas, pas à Bondoukou. N’empêche ! Ansu Bajla a reçu des galons de la République : il a été nommé président de la plate-forme d’amitié Inde-Côte d’Ivoire.

Plus ça change, plus ça se ressemble ! Quatre ministres se sont succédé à la tête du département des Mines depuis 2006. Chacun a fait face à la colère des habitants vivant aux abords des zones manganésifères. Et chaque membre du gouvernement a apporté la même  solution aux problèmes soulevés : l’indifférence. A tout le moins, une suite de promesses creuses. Au ministère des Mines, on parle de l’installation d’une nouvelle structure à Bondoukou : le Comité de développement local minier (CDLM). En remplacement du CSDC. Pourquoi faire ?

Retrouvez la suite de cet article sur info du Zanzan.

Publié dans Uncategorized | Laisser un commentaire

Nul n’est prophète chez soi !

Les 28 finalistes avec les responsables de CNN

« Bonjour ! S’il vous plaît, je voudrais parler à Ossène ! ». Et je réponds : « C’est à lui que vous parlez, madame ! ». « Ah, super ! j’ai le plaisir d’annoncer que vous faites partie des 28 finalistes retenus cette année au concours CNN MultiChoice African Journalist Awards ». C’est en ces termes qu’en juillet dernier, la dame au bout du fil depuis Londres, en Angleterre, m’a informé de mon succès à la plus importante compétition organisée par la chaîne de télévision américaine CNN pour journalistes africains. C’est la 2ème fois que j’y participais.

Une compétition « hypersélective »

L’édition 2014 de CNN MultiChoice African Journalist Awards a enregistré 1300 candidatures provenant de 38 pays africains. Après être tous passés « au tamis », 28 candidats de 10 pays ont été retenus pour la finale. Et j’étais parmi ces « élus » pour aller à la conquête d’un des 2 prix réservés aux médias francophones. « Que votre travail soit sélectionné parmi les 1300 textes est un énorme accomplissement », m’a écrit mon interlocutrice de Londres. Ce qui m’a hissé au sommet, c’est mon article ayant pour titre BONDOUKOU : L’argent de l’anacarde divise les douaniers . Papier publié en juin 2013.

À Dar Es Salaam (Tanzanie) pour l’apothéose

Du 15 au 20 octobre, j’étais (le seul au nom de la Côte d’Ivoire) à Dar Es Salaam avec les 27 autres finalistes pour la remise des prix. Il fallait récompenser les 13 meilleur(es) des meilleur(es) du continent africain. Et parmi ces 13, choisir enfin le grand vainqueur.

Nous étions 4 francophones (Côte d’Ivoire, Sénégal, Bénin et Algérie) à disputer les 2 prix à nous réservés. Mes collègues du Bénin et d’Algérie ont été les plus heureux. Le photoreporter kényan, Joseph Mathenge, a été désigné « journaliste africain de l’année 2014″ pour son reportage photos sur l’attaque terroriste du Westgate, un centre commercial de Nairobi, en 2013. L’homme a eu un sacré courage en vivant le carnage de l’intérieur du bâtiment.

Ce que CNN et MultiChoice m’ont appris

On peut naître dans un hameau perdu dans le fin fond de la forêt ou de la savane africaine et arriver, grâce au travail, à aller où ses parents n’ont jamais mis les pieds. On peut partir de rien et, grâce à l’honnêteté, se faire connaître du monde. Voilà ce que m’ont donné CNN et MultiChoice, par-delà le diplôme et l’Ipad reçus d’eux, à la fin de mon séjour en Tanzanie. Ça fait du bien !

Il fallait oser. Et j’ai osé. Pourtant l’enquête sur la corruption dans la filière anacarde, texte qui m’a inscrit au panthéon des meilleurs journalistes africains de CNN, n’a pas été simple à mener. J’ai résisté aux pressions et aux menaces à peine voilées. J’ai surtout refusé les billets de CFA proposés par les personnes au cœur de la corruption, me demandant la suppression de l’article « compromettant » du site infoduzanzan.com. J’ai résisté à la tentation de l’argent, alors que notre média régional ne bénéficie du soutien financier de qui que ce soit. Pas même de la mairie, contrairement à la rumeur entretenue. Peut-être pour se donner « bonne conscience ». Mes amis et moi, faisons du bénévolat pour informer le monde sur ce qui se passe dans le Zanzan.

Là où des collègues auraient « sauté » sur l’argent proposé, moi j’ai opposé une « fin de non recevoir ». Résultat, je suis parti en Afrique de l’Est à l’appel de l’Excellence. J’étais au milieu de ces personnalités du monde des médias. Entre autres, des responsables de la plus grande chaîne de télévision au monde, le rédacteur en chef de France télévisions, le directeur du département de la communication et des relations extérieures de la Banque africaine de développement (BAD), le directeur de la communication du groupe Ecobank.

Une expérience qui valait la peine d’être vécue sur ce chemin rocailleux du journalisme. Métier embrassé depuis seulement 4 ans. Je suis donc jeune dans le domaine. Mais « l’audace qui permet les grandes découvertes est souvent le fruit de la jeunesse », affirme Taton. Au milieu des miens, je suis si « minuscule » qu’impossible de ne pas passer inaperçu. Ailleurs, au-delà des frontières nationales, je suis bien plus visible. Après tout, « nul n’est prophète chez soi », m’a dit l’ami.

Être toujours le meilleur…

On ne revient pas d’une aventure humaine si riche en contacts et en émotions sans prendre conscience du privilège qu’on a eu. Assumer cette reconnaissance internationale, chose difficile.

Retrouvez la suite de cet article sur infoduzanzan.com.

Publié dans EDITORIAL | Marqué avec , , | Laisser un commentaire

REGION DU BOUNKANI : Le karité, de l’ « or » négligé

Gamme de produits cosmétiques Bounabio fabriqués en France

Gamme de produits cosmétiques Bounabio fabriqués en France

La nature a doté la région du Bounkani (Bouna, Doropo, Nassian et Téhini) d’une plante : le karité. La zone en regorge à profusion. Mais face à l’anacarde, peu de personnes savent que l’amande du karité vaut de l’or.

C’est de la graine de karité qu’est obtenu le beurre du même nom : le produit recherché. Dans le Bounkani, sa fabrication est l’affaire des femmes. Peu organisées, elles font tout à la main. La production est artisanale.

Dans les localités où il est fabriqué, le beurre de karité est faiblement utilisé dans l’alimentation et les soins corporels. Et peu de productrices savent que leur beurre est sollicité par les géants mondiaux du cosmétique (l’Oréal, l’Occitane,…) et de l’agroalimentaire (Nestlé, Mars,…).

Une femme de Doropo, enseignante en France, a donné au karité du Bounkani ses lettres de noblesse. Après des années de batailles économico-scientifiques, Dame Djené Daré Ouattara a lancé dans l’Hexagone sa gamme de produits cosmétiques composés à 99,99 % du beurre végétal. Environ 10 produits de différents parfums labellisés « Bounabio », ayant reçu la certification ECOCERT, sont commercialisés dans des officines (pharmacies) parisiennes. Un bel hommage que rend la…

Retrouvez la suite de cet article infoduzanzan.com.

Publié dans SANTE | Marqué avec , , | Laisser un commentaire

BONDOUKOU : Le directeur régional de la Construction au cœur d’un scandale foncier

Bori Gbégré Raphael, directeur régional de la Construction

Bori Gbégré Raphael, directeur régional de la Construction

La commune de Bondoukou, à l’instar de la ville d’Abidjan, est touchée par les arnaques et autres malversations dans la vente de terrains. Chaque jour, des personnes grugées dans l’achat de lots portent plainte, soit à la mairie, soit à la préfecture ou au Tribunal. Pour cause, les mêmes parcelles de terrains d’un même îlot sont attribuées à la fois à 2, voire 3 personnes. Situation qui alimente d’interminables disputes dans tous les quartiers.

Selon la préfecture, les règlements de litiges résultant de l’attribution de lots occupe 80% des audiences du préfet de région. Le problème n’aurait pas fait grand bruit si la personne au cœur du scandale n’était pas le premier responsable du ministère de la Construction, dans la région. Les victimes d’arnaque ont désigné le même individu : Bori Gbégré Raphael, directeur régional de la Construction et de l’urbanisme. « Il y a 6 mois, j’ai acquis un terrain au quartier « Route Abema ». Grande fut ma surprise quand une dame y a déversé du sable en vue de la construction de sa maison. Elle m’a brandi une lettre d’attribution du lot signé de la main du sieur Bori Gbégré Raphael. J’avais le même document », relève Ouattara Yacouba, furieux. Même colère chez dame Assétou Gbané. Alors que le délai de prescription de mise en valeur n’a pas expiré, la parcelle qu’elle a acquise au quartier « Lycée résidentiel », après d’énormes sacrifices, lui a été retirée. « On n’est plus à l’abri des arnaques du directeur régional de la Construction. Même en détenant une lettre d’attribution signée par le préfet », se plaint-elle. Kabran Kouman Faustin, détenteur du lot n°3511, îlot 339, lui aussi victime de Bori Gbégré. Le terrain lui a été arraché.

Les nombreuses plaintes des populations ont sapé les rapports entre le maire et le directeur régional de la Construction. Koné Hiliassou n’est pas allé du dos de la cuillère. « Qu’il aille semer le désordre ailleurs ! Je ne permettrai pas dans ma cité pareil désordre », a lâché le maire à l’endroit du sieur Gbégré.

La goutte d’eau qui a fait déborder le vase

Le morcellement de terrain et l’attribution de lots par le directeur a été la goutte d’eau qui a fait déborder le vase. Bori Gbégré Raphael ne s’est pas arrêté là. Il a procédé au prolongement de…

Retrouvez la suite avec des photos en cliquant sur infoduzanzan.com.

Publié dans ENQUETE ET DOSSIER | Marqué avec , , , , , | Laisser un commentaire

Avis de décès : La mère du Ministre Augustin Kouadio Komoé n’est plus

DECES

Son Excellence Monsieur Laurent GBAGBO et famille ;
Le Premier Ministre Pascal AFFI N’Guessan, Président du Front Populaire Ivoirien et famille à Abidjan et Bongouanou;
Le premier Ministre Marie-Gilbert AKE NGBO et famille à Abidjan ;
M.KOUABENA DONGO, frères, sœurs et famille à Kokomian, Kiendi-Walogo, San-Pédro et Abidjan,
Le Ministre Augustin KOUADIO KOMOE, Madame et enfants, à Abidjan, Etats-Unis d’Amérique, Maroc, Kokomian et Ngorato;
M. N’GUETTIA YAO KOUMAN, SENAFEZAN FPI et famille à Bondoukou et Abidjan;
Honorable YAO Soumaïla, Député de la circonscription de TANKESSE, KOKOMIAN, TIENKOIKRO ;
Sa majesté Nanan APPIA 1er à TANDA ;
Sa majesté Nanan KOUASSI Adjoumani à Amanvi ;
Sa majesté ABABIO à Adandia ;
Sa majesté DJARAKRONI II, Roi des Koulango à Bouna ;
Sa Majesté Nanan BOUA KOUASSI III, roi de l’Indenié ;
Sa majesté Nanan AHINI BILE II, roi du Djuablin ;
Leurs majestés Chefs de provinces Pinago, Agobia, Ahinifié et Foumassa ;
Sa majesté ABOYA Brahima, chef du Canton Bini à Missoumihian ;
Nanan KOUAME KREME II, chef du canton Deganso,à Dokanou, famille et alliés ;
Nanan ADOU Kouabenan dit Kassaprekon, Chef du Canton Assuadiè à Akakouabenankro
Nanan KOUASSI Hini II, chef du canton Abradiè à Yaokro
Le chef du canton Amavounan ;
Nanan KOUAME N’ZIAN Emmanuel, Chef de village de Kokomian
Nanan KOUADIO HOUSSOU Grégoire, chef de village de N’gorato, famille, frères et sœurs à Abidjan, N’gorato ;
Le Chef de village de Kiendi-Walogo ;
M. KOUADIO KOMOE Jean-Baptiste, famille, frères et sœurs à Korhogo, Abidjan, Kokomian, France et Tunisie ;
Adjt Chef MOCTAR OUATTARA à la retraite, famille, frère et sœurs, à Abidjan, Damé, Zatta, Kokomian et aux Etats-Unis ;
M. KOUADIO BOHOUMAN François et famille à Abidjan, Belgique, Ameyaokro et Kokomian ;
M. KOUAKOU Fokouo, famille, frères et sœurs à Kokomian, Tanda, Touba ;
Docteur Ama Tamia Joséphine épse Abinan, Enseignant-chercheur à l’Université Nangui-Abrogoua ;
Yah BADOU HELENE épse KOUASSI à Abidjan ;
Yao KOUMAN CHRISTOPHE et Madame à Abidjan ;
Ama KOUMAN LEA épse ABOLE, Contrôleur de gestion à la GESTOCI ;
KOBENAN YAO Vincent et Madame à Rabat au Maroc ;
KOBENAN AFFOUA Viviane à Kokomian ;
Maître KOBENAN KOUAME Joseph, Avocat au barreau d’Abidjan ;
KOBENAN AFFOUA Nina, étudiante à Abidjan ;
KOBENAN Yah Kouman ;
KOBENAN Yah Chantal à Abidjan ;
KOBENAN Kouassi Badja ;
KOBENAN Yao ;
Lieutenant-Colonel ABINA KOFFI Jean-Claude, Madame, frères et sœurs à Abidjan et Tankessé ;
Dr ABOLE ABOLE Dieu règne et Mme, famille et enfants à Abidjan et Grand Alepé
M. KOUASSI KRA Madame et enfants à Abidjan, Kokomian et Kiendi-Walogo,
M. Marcel GOSSIO, ex-Directeur Général du PAA et famille à Abidjan, Ziglo, Maroc, France, Etats-Unis d’Amérique ;
M. MIAN KOUAHO Germain et Madame, frères et sœurs à Apropronou, Abengourou et Abidjan,
Cdt ASSANDE et Madame, famille à Abidjan, Deimba et Chine ;
M. DIBI KOUAME N’GUETTIA Michel, Madame, famille, frères et sœurs à Abidjan, Dibibago et à Iguela ;
Commissaire BOUAKI Erneste et Madame, famille à Abidjan, Tanda et Lomo ;
KOUADIO APPAHOU et Madame, famille, frères et sœurs à N’gorato et Abidjan ;
M. ATTA YAO Francis, chef de la grande famille Siangui à Kokomian ;
M. KOUAME N’GUESSAN, chef de famille Deganso à Kokomian ;
YAO M’BIN Venance, chef de famille Ban à Dokanou ;
M.KOUADIO FODJO Jean-Baptiste, chef de famille Akrassi, famille frères et sœurs à N’gorato et à Abidjan ;
Nanan KOUAKOU BAN, chef de famille à Abouabo n° 2 au Ghana ;
El hadj ANZOUMANAN OUATTARA, chef de famille à Bohi s/p de Bondoukou ;
Nanan KOUAKOU BOKO, chef du village d’Akrassikro et famille ;
Nanan KOUADIO Tiré dit ISSOUFOU, chef du village de Sogoyaokro ;
Mme YAH KRA, famille et enfants à Sogoyaokro, kokomian et Abidjan ;
M. KOUAME DJORE FIDEL et famille à Dokanou, Kokomian et à Abidjan ;
Les membres de la Mutuelle de développement de Kokomian (MUDEKO) ;
Le président et les membres d’ADJOMA ;
Ont la profonde douleur de vous annoncer le décès de leur mère, épouse, fille, sœur, tante, grande mère et belle-mère : …

Retrouvez la suite de cet article en cliquant sur infoduzanzan.com.

Publié dans NECROLOGIE | Marqué avec , , , | Laisser un commentaire

Hien Tontoli ou l’ascension « fulgurante » d’un jeune du Bounkani

Hien Tontoli Ange-Patrick, chargé de mission de la ministre Kaba Nialé

Hien Tontoli Ange-Patrick, chargé de mission de la ministre Kaba Nialé

Taciturne. A la limite, réservé. Mais Hien Tontoli Ange-Patrick n’est pas introverti. Son nouveau « costume » de chargé de mission de la ministre déléguée à l’Economie et aux finances n’a rien changé aux habitudes de l’ancien président de l’Association des élèves et étudiants ressortissants du département de Bouna (NOBIEL). Approchez-le, et vous verrez un homme ouvert ! Son visage exprime la jeunesse. Quoi de plus normal ! Il a 30 ans. A cet âge, pas nombreux les jeunes à qui des ministres font confiance au point d’en faire des hommes de main.

Madame Kaba fait confiance à Hien Tontoli. C’est un honneur fait par la ministre à la jeunesse du District du Zanzan en général, et à la région du Bounkani en particulier.

Tontoli n’est pas un parachuté. Il a attendu son « heure » après avoir fait du chemin.

Son parcours scolaire

Né à Bouna, c’est au collège KJ d’Abengourou que Hien Tontoli Ange-Patrick obtient, en 2005, le baccalauréat série D. Avec la mention Assez-bien, il entre à l’Institut national polytechnique-Houphouët-Boigny (INP-HB) de Yamoussoukro, en classe préparatoire commerciale. Il y passe 2 ans (2005-2007). Il s’inscrit ensuite, en 2008, en 3ème année du cycle ingénieur de marketing et management à l’Ecole supérieure des technologies avancées et de management (ESTAM), à Abidjan. En 2010, Hien Tontoli obtient le diplôme d’ingénieur des techniques commerciales.

Une somme d’expériences professionnelles

Depuis février 2014, le trentenaire est le chargé de mission de Kaba Nialé, ministre déléguée à l’Economie et aux finances. Avant cette nouvelle fonction, le célibataire (sans enfants) a « bossé » dans différentes structures. …

Voir la suite de cet article en cliquant sur infoduzanzan.com.

Publié dans PORTRAIT | Marqué avec , , | Laisser un commentaire