ASSUEFRY : Porosité de la frontière ivoiro-ghanéenne, une réalité

Il y a quelques temps, nous tirons la sonnette d’alarme sur la porosité de la frontière ivoiro-ghanéenne, du côté de Bondoukou (Cliquez ici). De Bouaffo, journaliste au Quotidien Le Nouveau réveil, vient de nous emboîter le pas. Nous vous donnons le compte-rendu pathétique de son séjour à Assuéfry, dans le Gontougo. A quelques kilomètres du Ghana.

Samedi 29 septembre 2012, il est environ 9 heures du matin. Nous décidons de nous rendre à la frontière ivoiro-ghanéenne, située à une quinzaine de kilomètres.

Après quelques minutes de parcours sur un tronçon en train d’être reprofilé grâce au député Yéboua Cévérin, a-t-on appris, nous arrivons à Kouassi-Séranou, dernier village ivoirien avant la frontière. En plein milieu de cette localité, le dernier poste.

Un bambou de chine sert de barrage pour marquer la présence d’agents de sécurité. Nous stationnons à quelques mètres. Deux agents en tenues civiles et sans armes assis juste devant la maison faisant office de poste de contrôle. Deux autres sont assis, oisifs du fait du manque d’activités. Descendus de notre véhicule, nous nous approchons d’eux. Après les salutations d’usage, nous déclinons nos identités. Cela rassure nos agents sous les regards de quelques villageois devant une boutique.

Un poste frontalier qui laisse à désirer

Un des agents se confie aussitôt à nous, après avoir vérifié notre carte de presse. « Voici les conditions dans lesquelles nous travaillons. Ce bâtiment qui nous sert de poste, ce sont des maisons que nous louons avec des particuliers. Chaque mois, nous payons le loyer en mettant la main à nos poches », fait savoir le gendarme. Montrant un autre bâtiment qui fait également office de point de douane.  « Nous n’avons pas d’engins roulants pour des patrouilles », poursuit-il. Avant de nous apprendre qu’ils sont 4 gendarmes, 2 policiers, et 2 militaires des Forces républicaines (FRCI).

Une frontière poreuse

Si gros camions et autres ne font plus de vie depuis la fermeture de la frontière, ivoiriens et ghanéens s’offrent plusieurs solutions pour contourner la frontière. « Le poste de contrôle se trouve en plein milieu du village. Les passants à motos ou à pieds ont plusieurs pistes pour se retrouver à l’autre bout du village. Nous sommes confrontés à ce problème. D’abord du fait de la position du poste. Parce que beaucoup de pistes dans les champs nous contournent », confie notre interlocuteur. Visiblement impuissant face au problème. Propos corroborés à notre présence. Des hommes à motos, après avoir contourné le poste ivoirien, se retrouvent nez-à-nez avec nous.

Autres préoccupations portées à notre connaissance, les liens fraternels entre peuples. « Des personnes ici ont leurs parents de l’autre côté (Ghana, NDLR). Souvent ils s’y rendent pour des problèmes de santé. Et les malades préfèrent aller se soigner de l’autre côté. Ce sont des cas que nous rencontrons fréquemment et que nous traitons avec beaucoup d’humanisme ».

A seulement 1 km de ce dernier village, la frontière avec le Ghana. Nous décidons de nous y rendre. Avec 2 agents ayant accepté de nous accompagner. Nous arrivons au poste. Une véritable cité qui n’a rien à voir avec le poste de fortune que nous venons de quitter. Trois agents de la police d’immigration, en tenues de fonction, nous reçoivent à leur bureau. Il est 11 heures 48 mins. Nous échangeons en anglais et vite, ils s’aperçoivent que nous sommes là pour une simple visite de courtoisie. Nous passons quelques minutes avant de prendre congé d’eux. Mais avant, nous avons constaté que le poste de Kwameseïkrom offrait une grande sécurité.

Bâti sur bonne superficie, ce poste ghanéen est une cité administrative avec tous les services de sécurité. Police d’immigration, douanes…Tous les agents sont logés. Les postes de contrôle de Kouassi-Séranou (Côte d’Ivoire) et Kwameseïkrom (Ghana), le jour et la nuit. « J’espère que vous allez nous aider en rendant compte de la situation qui est la nôtre ici ! », nous chargent les 2 gendarmes ivoiriens.

Nous les abandonnons à leur poste de fortune pour revenir à Assuéfry. Et comme si notre chauffeur a lu dans nos pensées, il lance : « Avec ça, comment voulez-vous qu’on ne soit pas attaqué à tout moment ? ».

DE BOUAFFO, Envoyé spécial à Assuéfry

Source : Le Nouveau réveil du mardi 16 octobre.

Publicités
Cet article, publié dans SOCIETE, est tagué , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour ASSUEFRY : Porosité de la frontière ivoiro-ghanéenne, une réalité

  1. DJANE dit :

    je felicite info du zanzan pour sa contribution au developpement du zanzan. emmener surtout nos hommes et femmes politiques à dérouler leurs programmes de developpement de la region. cherchez et donnez la parole à toutes celles et tous ceux qui mènent des actions pour le developpemnt de la region sans faire de la politique électorale.
    Encore félicitations.

  2. OUIYA OUMAR dit :

    JE SUI COTRE LA MANIER QUE ASSUEFRY REFUSE DE COLABORE AVC AYOMANKRO LA 2EM GRAND VILE ET PEPLEU PLUS DEU 1A4000 ABITEN PA DEU ELETRCITE NON LOTY PA DEU ROUTE !!!! MOI JE SUI A PARIS MN NON OUIYA OUMAR MAIL OUIYAOUMAR@YAHOO.FR 0033695568538

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s