Visite présidentielle dans le Zanzan : Les mises en scène grotesques du ministre Kouassi Adjoumani

Le ministre Adjoumani

Le ministre Adjoumani

Le président de la République a séjourné dans le District du Zanzan, du mardi 27 au vendredi 30 novembre dernier. Pari gagné s’agissant de la mobilisation. Kobenan Kouassi Adjoumani, ministre des Ressources animales et halieutiques, peut s’enorgueillir d’avoir bien accompli sa mission. Pour y parvenir, l’homme a fait des mises en scène grotesques. S’autorisant publiquement des envolées lyriques, quitte à mécontenter plus d’un et bafouer l’autorité de certains chefs coutumiers.

Au meeting de clôture de la visite d’Etat (stade Ali Timité de Bondoukou), Kobenan Kouassi Adjoumani a fait comprendre publiquement que Sié Kobenan, président intérimaire du Conseil général de Bondoukou, ne devrait pas être présent. Saluant sa présence, il s’est exprimé en ces termes : « nous savons que vous n’êtes pas RHDP, mais le président de la République n’aime pas exclure les autres. C’est pourquoi il a demandé que nous soyons ensemble. Et effectivement nous sommes ensemble. Le président n’a pas oublié votre conseil. Il vous offre un million cinq cent mille francs CFA ». Une sortie hasardeuse, qui contraste avec le langage diplomatique des Akans. Le ministre n’aurait pas dû tenir un tel propos, selon plusieurs personnes.

D’autres impairs ont délibérément été commis. Présentant son oncle Adingra Kouassi Adjoumani comme le roi des Abron, alors que le ministre-député sait qu’il y a 3 prétendants au trône, il réveille le vieux conflit de succession. Et fait prendre parti au président Alassane. Qui a remis un véhicule de fonction au monarque.

Même mise en scène d’Adjoumani des koulango. Dont le chef, en exil depuis la crise postélectorale. Au lieu de plaider pour son retour, le député de Tanda a divisé ce peuple en « imposant » un nouveau chef. Il a même fait passer pour des chefs un groupe d’anonymes. Avant de les exhiber à la face du public comme rentrant d’exil pour faire allégeance au président.

Dans sa série de bourdes, le ministre a salué la présence de la communauté chrétienne. Non sans avoir évité l’offense des musulmans par ses propos. « Le pape c’est lui qui bénit le monde. C’est le représentant de Dieu sur la terre. Et le pape a serré la main à notre président ».Une parole, pas du tout appréciée.

Autre épisode scénique, la présentation du chanteur local Sié Charles comme celui ayant animé la campagne d’Alassane Ouattara à Bondoukou. Le public a été surpris d’apprendre que le jeune homme a subi une agression et tout son matériel volé. Pure invention du ministre, car il n’en est absolument rien. N’empêche ! Devoir de solidarité oblige, le président Alassane Ouattara a remis au chanteur un million de francs.

L’unité régionale du Gontougo, mise à rude épreuve. Kobenan Kouassi Adjoumani veut soustraire Tanda, sa circonscription électorale, de la tutelle de Bondoukou, capitale du Nord-Est. Pour cela, il voudrait que le département de Tanda soit érigé en région. Certains croient connaître la raison : « c’est parce qu’il n’a plus aucune chance ici à Bondoukou ».

Rosemonde Desuza

Cet article, publié dans POLITIQUE, est tagué , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s