Manganèse de Bondoukou : Vers la fin du conflit entre populations et la société Taurian ?

Une mine de manganèse ici à Bondoukou

Une mine de manganèse ici à Bondoukou

Rencontrant le syndicat des travailleurs de la société Taurian, le 20 janvier, Koffi Assienin, secrétaire général de la Fédération ivoirienne des syndicats des Mines, a eu ces mots : « prenez le code du travail comme votre bible et lisez-le ! Vous connaîtrez la vérité. Avant la fin de 2013, vous allez vous rendre compte des vrais changements ». Cette rencontre a permis de mettre en exergue les acquis du syndicat pour l’amélioration des conditions de travail de ses membres. Entre autres acquis, le paiement des salaires et des arriérés, leur bonification, la domiciliation des comptes dans une banque, la déclaration des employées à la CNPS.

Un changement du statut des travailleurs est en cours de finalisation. Il tient compte de la convention collective ainsi que de l’assurance-maladie. Toutefois, beaucoup restent encore à faire. Mais « au lieu de toujours revendiquer, faites des propositions à vos chefs pour l’amélioration de vos conditions de travail ! Un syndicat n’est pas là pour faire la guerre », a poursuivi Koffi Assienin. Sur ce point, Séka Komenan Jean-Paul, secrétaire général du syndicat des travailleurs de Taurian a levé l’équivoque. « Notre syndicat veut rentrer dans le cadre de la paix sociale. Tout ce que nous voulons, c’est la cohésion entre l’administration et nous. Elle ne doit pas rester sourde à nos appels », a-t-il affirmé.

Prenant à son tour la parole, au nom de la société Taurian, Yao Eugène a dit partager la joie qui anime les salariés de l’entreprise. « Mais il est important que chacun sache ce qu’il a à faire pour le bien de la société. Car sans société, pas de syndicat. Et vice-versa ». Et de donner une information de taille : « vos droits et devoirs, vous devez les connaître afin que cette nouvelle dynamique née de la mise en place de la société « Bondoukou Manganèse », la nouvelle dénomination en remplacement de « Taurian Manganèse », puisse permettre à tous d’atteindre les objectifs. Aidez la société à aller de l’avant ! ».

La veille de cette rencontre, le chef Nanan Adou Bibi 2 a fait le compte-rendu de la rencontre des cadres et élus de la région de Gontougo avec Adama Toungara, ministre des Mines. Il a demandé aux populations de garder espoir. Pour le chef coutumier, les problèmes causés par l’exploitation du manganèse trouveront des solutions. « Nos revendications vont être prises en compte à partir d’un comité que le préfet va mettre en place. Ce comité fera l’inventaire de ce qui a été détruit, et ceux dont les plantations ont été détruites seront dédommagés. Le comité se penchera également sur les actions sociales à mener en faveur des villages », a rassuré Nanan Bibi 2. Au nom de la chefferie, il a appelé tous au calme et à l’apaisement.

Rosemonde Desuza

Publicités
Cet article, publié dans SOCIETE, est tagué , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s