BONDOUKOU : Bientôt, la mise en valeur des parcelles rizicoles

Nous sommes ici, à Bondoukou, sur une des parcelles rizicoles de Dao Yannez

Nous sommes ici, à Bondoukou, sur une des parcelles rizicoles de Dao Yannez

1,7million de tonnes de riz : voilà ce dont aura besoin la Côte d’Ivoire, cette année, pour nourrir sa population. Problème, il faudra importer plus de la moitié. Pourtant, ce ne sont pas les surfaces rizicoles qui manquent.

Dans le District du Zanzan, la mise en valeur des parcelles abandonnées constitue la priorité du gouvernement. Cela, grâce au Projet de réhabilitation agricole et de la réduction de la pauvreté (PRAREP) dans la région du Bounkani, et le Projet d’appui à la production agricole et à la commercialisation (PROPACOM). Outre le gouvernement, le FIDA et la Banque africaine de développement (BAD) apporteront leur appui financier. Conçus pour une durée de 6 ans, « ces projets vont prendre en compte 300 groupements coopératifs ou associations de femmes, de jeunes, à travers le financement de leurs projets de culture de riz, du manioc, de maïs, d’ignames et autres, de cultures maraîchères et de petites unités de transformation de produits agricoles. Cela, à travers la distribution gratuite de semences et de matériels agricoles. 120 motoculteurs sont prévus dans le cadre de ces projets », a révélé Kouassi Koffi Edmond, superviseur général des projets.

Une opportunité que les paysans de la sous-préfecture de Bondoukou entendent s’approprier afin de sortir du cercle vicieux de la pauvreté. Grâce à l’appui et à l’encadrement de la Compagnie agricole de Bondoukou (COBA) – une entreprise locale –, l’ensemble du riz produit sera acheté. Puis transformé sur place. Il sera vendu sur le marché national, avec le label « riz de Bondoukou ». « Votre production ne restera pas dans vos mains. Une unité de transformation d’une capacité de 1,5 tonne/heure sortira de terre, avant la fin de l’année. Suivra celle de 5,5 tonnes/heure », a promis Ouattara Issoufou, PDG d’une société.

Avec une production de 6 tonnes à l’hectare en ce moment, « l’objectif est d’atteindre au moins 13 tonnes, à l’exemple de l’Espagne », a souhaité monsieur Issoufou. C’était hier jeudi 7 mars, au bureau de Zoué Sépan Vincent, sous-préfet de Bondoukou.

Rosemonde Desuza

Cet article, publié dans SOCIETE, est tagué , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s