TANDA/LOMO : Des femmes formées dans plusieurs domaines

Les femmes bénéficiaires des projets de l'Ong Food, avec les autorités de Tanda

Les femmes bénéficiaires des projets de l’Ong Food, avec les autorités de Tanda

Vendredi 8 mars 2013. Au moment où l’on célèbre la 20ème Journée internationale de la Femme, l’ONG Forum optimal développement (FOOD) a trouvé nécessaire de former les femmes et les filles de la région de Gontougo sur la contribution des femmes à la paix et au développement local.

Lomo, village de la sous-préfecture de Tanda, a servi de cadre à cet atelier de formation. Il a réuni plusieurs personnes. Dont Touré Yénatoban Pascal (représentant le sous-préfet de Tanda), El Hadj Kouablan Abou (représentant de la Mutuelle des cadres de Lomo), Toh Som (président de FOOD),  Kouakou Adayé Benjamin (représentant du chef de Lomo). « Cet atelier d’appui-formation permettra à ces braves femmes de Lomo, Guindé, Affoua Vam, Bidio Lolohui, Karako, Bokoré, Pougouvagne et de la commune de Bondoukou, d’acquérir des compétences de la vie courante en vue de leur autonomie financière et de leur contribution à la cohésion sociale, au bien-être communautaire et au développement local », a précisé Toh Som. Et d’exhorter les femmes à « éviter »  les erreurs du passé et à « travailler » main dans la main.

Joignant l’acte à la parole, femmes et jeunes filles ont été formées sur la cohésion sociale et le développement local. Elles ont aussi reçu une formation sur les nouvelles techniques culturales du maïs, du manioc et du maraîcher. Ainsi que des rudiments sur la bonne tenue d’un centre de gestion, de formation et d’éducation communautaire.

A la fin de l’atelier, des semences de maïs, ainsi qu’un matériel agricole (dabas et machettes) ont été remis à 25 groupements de la région de Gontougo. Et 25 autres, dans le Bounkani, recevront les leurs. Au total, le projet prend en compte 5000 femmes et 2000 jeunes filles dans le District du Zanzan. « Faisons sienne la multiplication des efforts pour l’amélioration des conditions de vie des franges les plus fragiles ! », a plaidé El Hadj Kouablan Abou, au nom des cadres de Lomo.

Rosemonde Desuza

Cet article, publié dans SOCIETE, est tagué , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s