REGIONALES DANS LE GONTOUGO : « Notre choix s’est porté sur notre petit-fils Adjoumani », selon le chef de la province Angobia

Le 21 avril prochain, les électeurs se rendront aux urnes pour choisir les présidents des Conseils régionaux. Le dimanche 10 mars, à Siasso (département de Tanda), Nanan Kouakou Adjoumani, chef de la province Angobia, a levé un coin de voile sur le choix des « têtes couronnées » de la région. Entretien.

Nanan Kouakou Adjoumani, chef de la province Angobia

Nanan Kouakou Adjoumani, chef de la province Angobia

Nanan, pouvez-vous nous présenter la province que vous dirigez ?

Je suis Nanan Kouakou Adjoumani, chef de la province Angobia. C’est l’une des 4 provinces sur lesquelles est assis le royaume abron. Ce sont le Foumassa, l’Akidom et le Pinango. La mienne est commandée par le fils du roi des Abron. C’est une succession patrilinéaire.

Est-ce que votre province a été épargnée par la crise postélectorale ?

Grâce à nos sacrifices et aux mânes des ancêtres, la province n’a pas connu de graves soubresauts pendant la crise. Elle a certes vécu quelques convulsions. Je les lie à la nouvelle mentalité de nos jeunes.

Avez-vous observé un changement dans votre province après la visite du président Alassane Ouattara dans le Zanzan, en novembre 2012 ?

Le Zanzan est honoré d’avoir été la 2ème région du pays à être visitée par le président de la République. Cela s’est traduit par l’accueil enthousiaste qui lui a été réservé par les populations. Nous récoltons déjà les fruits de cette visite. Les routes sont en réfection dans ma province. De Tangamourou jusqu’à Donvagne (dans la sous-préfecture de Bondo, NDLR), de Tanda à Sandegué …. Je suis certain que d’autres axes seront réhabilités. Il y a des projets d’hydraulique villageoise améliorée et des promesses d’électrification de villages. J’ai confiance.

Bientôt, l’élection des Conseils régionaux. Quel est votre sentiment à l’approche de la campagne électorale dans le Gontougo ?

J’espère que les Conseils régionaux auront les moyens pour résoudre les problèmes de nos régions. C’est pourquoi il est nécessaire que leur mise en place se fasse dans l’harmonie, la paix et l’unité. A cet effet, nous nous sommes rassemblés longtemps avant autour de sa majesté Nanan Adingra Kouassi Adjemane, roi des Abron. Et nous avons pensé qu’il fallait choisir parmi nos jeunes cadres, tous compétences, un pour conduire notre région. Après réflexion, notre choix s’est porté sur notre petit-fils Kobenan Kouassi Adjoumani. Nous avons informé le grand imam de Bondoukou, l’autorité morale du royaume. Nous voulons rassembler tous les cadres pour leur exprimer notre préoccupation. C’est-à-dire tout faire pour éviter des campagnes destructrices. Il n’est pas trop tard pour nos cadres de s’entendre pour créer l’harmonie dans le Gontougo.

Propos recueillis par Ange Kouman

Advertisements
Cet article, publié dans INTERVIEW, POLITIQUE, est tagué , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s