BONDOUKOU : Le 5ème festival des danses du Zanzan a eu lieu

Les tambours bentô de Kékéréni

Le jeudi 17 octobre, le ministre de la Culture et celui des Ressources animales ont donné le coup d’envoi du 5ème festival de danses, d’instruments de musique et de costumes traditionnels du District du Zanzan. Pour la première fois, Bouna, la capitale de la région du Bounkani, a abrité l’évènement en même temps que Bondoukou.

Deux jours avant, une quarantaine de personnes (chefs coutumiers, chefs de services et représentants de la société civile) ont pris part à un atelier scientifique pour réfléchir sur le thème du festival. Pendant 2 jours, « Patrimoine culturel et développement durable » a suscité d’intenses débats. Au terme desquels des recommandations ont été faites, afin de sauvegarder le riche patrimoine culturel du Zanzan.

Une jeune fille exécutant des pas de danse

Jeudi, à la grande place du centre culturel, environ 20 groupes de danses ont fait montre de leur savoir-faire. Dans ce décor coloré, les nombreux spectateurs n’ont pas boudé leur plaisir. A leur tête, Kossonou Kouassi Ignace, président du Conseil régional de Gontougo. « La grande diversité socioculturelle de notre région constitue le socle de la cohésion sociale », s’est-il réjoui. Ajoutant que « le nouvel instrument qu’est le Conseil régional dont les populations viennent de se doter est un levier pour reconstruire la développement durable dans la diversité culturelle ». Et le président d’exprimer ses attentes : « le festival, instrument de développement, va permettre à notre région de disposer à terme d’une base de données pour les générations futures. Nous engageons le Conseil régional à pérenniser le festival du Zanzan afin de sauvegarder notre riche patrimoine culturel ».

Le ministre de la Culture et de la francophonie, Maurice Bandama, est revenu sur les objectifs de l’événement culturel. « Il s’agit de rêver le développement par la base et par l’essentiel, également par un dépassement dialectique du rapport nature/culture pour conférer à l’être toute son humanité. Sauvegarder le riche potentiel culturel du Zanzan au bénéfice de la chaîne des générations, tel est le défi que nous ambitionnons relever », a dit le ministre. La 5ème édition du festival du Zanzan a fermé ses portes, samedi dernier.

Samuel Dumas

Advertisements
Cet article a été publié dans CULTURE. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s